Comment donner une définition de la mode éthique ? Que l’on peut aussi appeler mode durable, éco-responsable, slow fashion etc. Beaucoup de dénominations pour une seule ligne directrice : la tendance mais pas à n’importe quel prix. On décortique la nouvelle manière de s’habiller pour consommer du vêtement autrement et en étant responsable.

Définition rapide de la mode éthique ?

Puisque la mode durable se veut par principe opposée à la fast fashion, voici quelle définition nous pourrions lui donner de façon claire et précise :

  • mise en avant d’utilisation de tissus issus de l’agriculture biologique ;
  • utilisation de textiles recyclés quand cela est possible ;
  • absence de matières polluantes et de produits chimiques dangereux pour la santé des êtres humains, des animaux et de la planète ;
  • des salaires corrects et des conditions de travail décentes.

En somme : harmonisation et respect entre tous les êtres humains et les ressources naturelles pour assouvir un besoin essentiel : se vêtir.
Allons plus loin : la slow fashion est inspirée du commerce équitable (entendre par ici, alternative au commerce conventionnel. Elle se base donc sur des échanges marchands plus équitables).
Les deux grands engagements de la mode responsable sont :

  • environnementaux (domaine du Vivant : animaux, insectes, plantes, arbres, océan etc.) ;
  • sociaux (les travailleurs, travailleuses du début à la fin de la chaîne du textile).

Comme dit plus haut, elle s’oppose totalement à la fast fashion. Cette dernière est caractérisée par le changement très (trop) rapide des « collections« ,dans les rayons et dans nos placards, aux dépens des conditions de travail, donc des travailleurs et travailleuses. De l’environnement et des animaux.

Si c’est opposé à la fast fashion on tombe d’accord sur certains points :

  • produire moins, mais mieux ;
    donc :
  • consommer moins , mais mieux ;
  • comprendre et éduquer sur les problèmes sociaux et environnementaux qu’engendre la fast fashion ;
  • privilégier la transparence.

Par conséquent, quand on a rien à se reprocher, aucun problème pour tout dire… Non ?
Si une
marque cache certaines provenance de matières premières, certaines méthodes de fabrication, méfiez-vous et vérifiez.

Petit rappel. L'industrie textile est la 2ème plus polluante au monde. (juste après celle du pétrole...Sympa)
definition-mode-ethique-infographie

Mode éco-responsable : acheter moins

Vous ne trouverez jamais de vêtements à impact négatif. Chaque production pollue, au même titre que la plupart de nos achats divers. Le but étant de minimiser un maximum notre impact et notre empreinte sur la planète.
Je ne suis pas une grande consommatrice de base. D’ailleurs, je m’exprime à ce sujet juste ici.

Pour la mode, il s’agit d’une démarche qui peut s’avérer longue car non seulement on achète moins et pour acheter moins il convient de trier ce que l’on a déjà : faire l’état des lieux, se rendre compte de ce que l’on possède. Et enfin, revenir à l’essentiel : devenir plus “minimaliste”.
Fini les 30
chemises dans le placard et les 46 paires de chaussures.

Prendre soin de ses vêtements

Acheter mieux est une chose, acheter moins en est une autre. D’une part il y a une démarche à entamer lorsque l’on avait l’habitude des virées shoppings.
D’autre part, pour acheter moins il est nécessaire d’assurer une durée de vie à nos chères affaires que nous portons.

  • ça tombe sous le sens mais respectez les préconisations de lavage inscrites sur l’étiquette… Ils n’ont pas tous besoin d’un lavage à haute température. Les lavages à basse température suffisent et de surcroît, ça préserve la qualité du vêtements ;
  • lavage à la main pour vos pièces les plus fragiles ;
  • sécher vos vêtements à l’air libre. Le sèche-linge non seulement est énergivore, mais abîme nos affaires ;
  • retourner vos vêtements avant de les laver.

Voici quelques petites astuces toutes simples à mettre en place pour préserver et allonger la durée de vie de nos affaires. Et là on commence à s’éloigner de la définition pure de ce qu’est la mode éthique. Il est néanmoins important d’en parler puisque tout est lié !
Revenons à nos moutons :
Mais avant de passer au
lavage, lorsque l’on passe en caisse pour acheter… Comment on peut être sûr que nos vêtements soient vraiment éthiques ?

Comment être sûr(e) de ce que l’on achète ?

La définition de la mode éthique étant bien balayée désormais, ce qui suit seront de brèves considérations, étayées dans des articles plus complets. Je vous mets bien sûr les liens au fur et à mesure.

Les labels

Et là, on remercie les labels et autres certifications.
D’ailleurs j’ai fait un article juste ici pour éclaircir cette question ! Car le sujet des labels est vaste et ils ne peuvent pas toujours être arboré par les marques à leurs débuts. Car oui, les labels s’achètent. Comprenez bien dans ce cas, qu’une jeune entreprise de mode et de création ne puisse pas se permettre d’investir dans la certification dès le début. C’est un critère qui peut rentrer dans la définition de la mode éthique. Voilà pourquoi j’aborde tout de même rapidement le sujet.

De fait, si vous avez un doute… Rien de mieux que de chercher un peu par vous-mêmes au préalable. Vous verrez assez rapidement si une marque souhaite se cacher d’une quelconque manière.
Exemple de labels très connus et pour en avoir d’autres, je vous renvoie sur l’article dédié.

labels-mode-ethique

Les matières écocides dans la mode éthique

Les matières sont liées de façon intrinsèque aux labels. En effet, comment produire des vêtements éco-responsables si les matières brutes utilisées ne sont respectueuses ni de l’environnement, ni des animaux, ni des petites mains qui les travaillent et donc, prétendre aux labels ?
Alors, vous pouvez aller plus loin que la question des labels en vous renseignant sur les matières premières utilisées.
Là aussi, il y aurait beaucoup, beaucoup à dire.
D’ailleurs, j’ai consacré un article entier au
cuir végétal. Car cette matière seule nécessite un éclaircissement et surtout… Des substitutions !

J’ai essayé d’être concise afin d’avoir une ébauche de ce qu’il est possible de dire, et d’éclairer déjà dans un premier temps ce que l’on peut retrouver dans nos vêtements. Et croyez-moi, on va laver notre linge sale là !

Enfin, pour ne citer que quelques exemples, les matières interdites dans la slow fashion sont par exemple : le coton (non biologique), l’acrylique, le nylon, le polyester, la laine et le cachemire. Il en existe beaucoup d’autres et je détaille tout dans un article spécifique également !

matieres-ecocides-mode-ethique

Les matières plus écologiques pour une mode responsable

Dans la mode éthique, la matière première est bien évidemment primordiale pour répondre à une qualité et une nécessité écologique. Un vêtement qui ne pollue pas ne fait pas le tour du monde avant d’être porté, comme il ne pollue pas dès son origine.
Je vous donne quelques exemples de produits bruts pour créer un vêtement éco-responsable :

  • chanvre ;
  • coton issu de l’agriculture bio ;
  • cuir végétal (bonne alternative au cuir d’origine animale. Comme le fait Wilo par exemple) ;
  • fibres végétales issues d’agricultures vérifiées et donc certifiées.

La mode éthique ce n’est pas qu’une histoire d’achats et de virées shoppings plus “responsables”. C’est une réponse à la fast-fashion : un mode de vie où l’achat n’est pas le mot d’ordre. Prendre soin, trier, réparer, recycler, acheter de seconde main. Une façon de consommer, de manière générale, plus sainement : mieux et moins. De par les matières premières, que par les mains qui créent et vendent ce que nous portons.

Merci à vous de m’avoir lue, j’espère que cet article vous a aidé à y voir plus clair.

À très vite.

You May Also Like

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *