Décortiquer et comprendre les matières dans la mode éthique

Comment parler de mode éthique sans aborder le sujet des matières choisies pour créer un vêtement ou une chaussure ? Et choisir une matière respectueuse a un impact multidimensionnel puisque cela touche à la fois l’environnement et les êtres humains mais aussi les animaux non humains.

Les matières écocides

Il existe bien sûr des matières à privilégier quand on s’intéresse à la slow fashion et des matières desquelles on essaye de s’écarter le plus possible.
Le coton par exemple. Est, à l’origine, un produit non nocif. Mais l’industrialisation étant ce qu’elle est, le profit est entré en jeu. Désormais c’est tout, tout de suite et en plus grand nombre. En dépit de notre désastreuse empreinte écologique qui découle de nos vêtements.

On décortique quelques matières ensemble :

Le coton

De prime abord c’est une excellente matière première. Mais comme la plupart des cultures, elle subit aujourd’hui des dérives : cette plante étant fragile, elle est “protégée” en pulvérisant des insecticides, pesticides etc.
En Inde, 50% des pesticides sont utilisés pour la
culture du coton. Qui représente seulement 5% des champs.
Cette matière correspond à 40% de la production mondiale de textiles.
Et pour autant, elle recouvre à peine 3% des surfaces mondiales cultivées mais… avale 25% de la totalité des pesticides, et 10% des herbicides dans le monde.

En 2016, 64% du coton cultivé étant génétiquement modifié.
Assez ? En voilà encore : La fabrication d’un seul kilo de coton nécessite 10 000 litres d’eau. Donc pour un t-shirt de 300 grammes ça fait… 3000 litres d’eau. Et ça fait beaucoup de douches.

matiere-coton-mode-ethique

Acrylique, nylon et polyester

  • Acryliquefibre synthétique très utilisée dans l’industrie du textile en raison de ses qualités : légère, douce, isolant thermique.
    Mais c’est une matière fabriquée à partir du
    pétrole. Son bilan carbone est donc très négatif.
    L’autre problème de cette matière (tout comme le polyester, élasthanne, polyamide), c’est qu’elle relâche des microplastiques lors du lavage. Celles-ci sont trop fines pour être captées dans les stations d’épuration et terminent leurs chemins dans les fleuves, cours d’eau, océan ;
  • Nylon : c’est une matière totalement synthétique produite à base de plastique. Lui-même produit du pétrole. C’est une matière très résistante mais qui, comme l’acrylique, relâche et déverse des micro-plastiques durant le lavage.
    Sans compter l’impact néfaste sur l’
    environnement pendant le processus de création de la matière ;
  • Polyester : cette matière englobe à elle seule le marché de 70% des matières synthétiques pour la production de tissus. En revanche, comme ses consœurs nylon et acrylique, cette matière est créée à base de pétrole. Et comme ses consœurs, elle relâche du microplastique lors des lavages…
    En outre, pour 1 kilo de cette matière, il faut 1,5 kilos de pétrole. D’après Global Industry Analysts la production de polyester s’élève à 40 millions de tonnes par an.
    Je vous laisse faire le calcul pour le pétrole.
matieres-animales-mode-ethique

Animaux et mode

Un article entier est consacré au problème du cuir dans la mode. Il y a beaucoup à dire, non seulement au niveau de l’éthique animale mais aussi sur notre empreinte écologique globale.

En tant que végane, avec des convictions, je ne peux pas passer à côté d’un tel sujet.
Cependant, si le temps est contre vous, voici déjà une ébauche concernant ces matières.
Néanmoins, vous pouvez mettre le lien de côté pour le lire une prochaine fois également :

  • laine et cachemire : pour ces types de matières, comme le coton, elles semblent de prime abord correspondre aux normes éthiques puisque naturelles !
    Mais deux problèmes ressortent :
    D’une part la
    maltraitance animale (méthode de tonte brutale, bêtes enfermées et malmenées tout au long de leurs existences) et d’autre part les élevages en eux-mêmes.
    Les élevages émettent à eux-seuls
    20% des gaz à effet de serre. Et est cause d’appauvrissement des sols et de biodiversité : pour créer des élevages il est nécessaire de créer de l’espace et donc, de raser.
    Nous sommes loin du
    respect de la terre, mais aussi des animaux.

Les matières les plus respectueuses

Quoi qu’il advienne, nous polluons. Le but étant de polluer le moins possible ! En réduisant notre consommation d’une part, adopter le minimalisme.
D’autre part en consommant de façon respectueuse autant que possible. Et dans l’univers de la slow fashion, les labels et les matières peuvent nous indiquer que nous sommes sur la bonne piste.
Je vais écrire un article concernant les matières plus respectueuses pour détailler la liste non-exhaustive ci-dessous.
Il s’agit là 
de produits bruts qui participent à l’élaboration d’une pièce de mode plus responsable :

  • le chanvre ;
  • coton issu de l’agriculture bio ;
  • cuir végétal (bonne alternative au cuir d’origine animale. Comme le fait Wilo ou Minuit sur Terre par exemple) ;
  • fibres végétales issues d’agricultures vérifiées et donc certifiées.

J’espère que ce décryptage vous a intéressé, voire, vous a appris des choses ! Je vous dis à très bientôt et merci de m’avoir lue.

La recherche et la rédaction me demandent beaucoup de temps de travail. Donc si un article vous plaît, le partager et commenter m’aidera énormément.
Merci !

Alizée.

Pint it on Pinterest

matières-ecocides-mode-ethique
pinterest-mode-ethique-matieres-ecocides

You May Also Like

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *