Alternatives au cuir animal

Alternatives au cuir animal et mode éthique. Nous sommes en droit de nous poser la question lorsque l’on voit les dégâts que l’industrie du cuir peut causer. Entre conflits d’intérêts, droits des humains et animaux bafoués. Il nous faut agir. Mais alors, quelles sont les solutions alternatives ? Sont-elles réellement efficaces ? C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Mode responsable : le problème du cuir animal

Bon, avant de parler des alternatives au cuir, on va tout de même faire un rappel sur l’envers du décor des problèmes engendrés par l’industrie du cuir animal.
Cette matière première très utilisée dans la mode pose des questions éthiques sur plusieurs domaines. J’en parlais de manière très détaillée dans un article précédent, mais pour revenir sur ces différents points brièvement voici ce que l’on pourrait retenir :

  • environnemental : l’industrie du cuir participe à la pollution des eaux (nappes phréatiques, cours d’eau etc.) car elle utilise des produits chimiques pour travailler cette matière. En particulier les sels de chrome et le zirconium. Ces substances une fois utilisées ne sont pas traitées et sont rejetées dans l’environnement ;
  • social : les produits cités plus haut sont travaillés sans protection par les travailleurs et les travailleuses et a pour conséquence de provoquer des maladies de peau chroniques, des brûlures voire des cancers. De plus, 80% de cette matière première provient des pays en voie de développement. Là où les conditions de travail sont peu voire pas réglementées. Le travail des enfants, les innombrables heures de travail dans des conditions innacceptables etc. est autorisé ;
  • animal : cela tombe sous le sens. Le cuir provient de la peau des animaux. Plus d’un milliard d’animaux meurent chaque année pour leurs peaux dans des conditions abominables.

Si vous me suivez déjà (et si ce n’est pas le cas, qu’attendez-vous !?), vous n’êtes pas sans savoir que je porte un amour inconditionnel aux animaux. Alors pour moi, hors de question de porter du cuir. Je fais partie de la team vegan ! Sorry not sorry.
D’ailleurs, j’explique dans un article témoignage pourquoi je suis devenue végane.

De fait, quand j’ai vu qu’il existait des alternatives au cuir d’origine animal, bien sûr j’ai trouvé l’idée géniale mais qu’en est-il réellement ? L’impact écologique et social est-il moindre quand le produit brut est non animal ?
Avant cela, faisons un bref récapitulatif sur l’impact du cuir qu’on connaît tous.

impact-industrie-textile-cuir

Cuir végétal : chasse gardée d’une appellation par les lobbyistes

Il me semble essentiel de commencer par ce point. Car tout l’article va traiter du cuir vegan / végétal (ce qui est différent mais on en parle après). Or, l’appellation “cuir végétal” est encore considérée comme incorrecte, même illégale.
Explication :
Tout comme il est illégal d’appeler fromage un fromage fait à partir de lait végétal, yaourt végétal est également proscrit et cette interdiction s’étend jusqu’aux expressions comme “ saveur crémeuse”.

Il en va de même pour le cuir.
Cette chasse à l’appellation ne date pas d’hier et contribue à la suprématie des produits animaux au détriment de la planète, des animaux eux-mêmes et de la santé des êtres humains.
C’est pourquoi aujourd’hui il est aujourd’hui illégal de nommer vegan ou végétal un “cuir”.
En effet le Conseil national du cuir est à l’origine d’un décret (décret 2010-29 du 8 janvier 2010 portant application de l’article L214-1) qui encadre l’utilisation du mot “cuir”. Cette appellation ne concerne que les peaux d’origine animale. Bien que la matière “peau” obtenue par des végétaux y ressemble
stricto sensu.
Cela constitue, aux yeux de la loi, un non-sens car l’utilisation de cuir pour cette matière végétale est interdite.
Et ça, ça fait les affaires des lobbyistes du cuir. Qui, étrangement ont un lien avec les abattoirs. Mais ne vous inquiétez pas, je dis tout en détail par la suite.

Lobbyistes du cuir et des abattoirs liés par conflits d'intérêts.

Mode : les chiffres de l’industrie du cuir

Un animal ne rapporte pas seulement pour sa viande. Mais aussi pour sa peau. Jusqu’à 60% du prix de ce dernier (je suis en PLS quand j’écris ces lignes, sachez-le).

D’autre part, selon l’INSEE, en 2016 le chiffre d’affaires de la maroquinerie française s’élève à 3 milliards d’euros (contre 1,8 milliards en 2010). Les deux tiers de la production est écoulée par seulement 4 grandes marques :

  • Louis Vuitton ;
  • Chanel ;
  • Longchamp ;
  • Hermès (au passage, Hermès a pour projet d’ouvrir la plus grande ferme de crocodile en Australie pour produire du cuir.
Merci pour ton aide Nabilla.

Pour ces grandes marques, 75% de leurs chiffres d’affaires est dû à la maroquinerie. Ce qui classe la France 3ème exportateur de produits de maroquinerie. Mais, est le 4ème importateur (rappelons que 80% de la production mondiale de cuir provient d’Asie. Ceci explique cela).
NB : en raison de la crise sanitaire, la filière annonce une baisse du chiffre d’affaires de 21%. Ce qui fait tout de même 2, 04 milliards de chiffre d’affaires.

La filière cuir : une industrie qui rapporte

Un petit conflit d’intérêt ? Quand on voit ce que rapporte le secteur cuir, on se demande qui en profite.
Donc j’ai cherché.
Notons que 25 sociétés sont regroupées sous le syndicat général des Cuirs et Peaux dont des abattoirs et les trois premiers groupes français de production de viande (dont Bigard. Et ce n’est pas un hasard).
Christophe DEHARD est à la fois président du syndicat général des Cuirs et Peaux et aussi vice-président du conseil national du cuir. Tandis que François AMIET est secrétaire général mais aussi directeur établissement chez Bigard.
Robert Ameteau quant à lui s’occupe de la section bovin et est également dirigeant de 4 sociétés dont fortin cuirs et peaux et deux autres spécialisées dans le commerce de gros…
Bref, je m’arrête là mais on se doute que les intérêts de chacun sont servis au détriment des commerces artisanaux. Mais au profit de la fast fashion, entre autres.

Il est évident que pour ces personnes, conserver l’appellation “cuir” uniquement pour les peaux animales est essentiel pour conserver le monopole et tenter de freiner la production des alternatives végétales.

françois-amiet-experiences-professionnelles

Le cuir végétal : l’ultime alternative ?

De prime abord, pour aborder enfin le sujet des alternatives il faut d’une part différencier cuir végétal et cuir vegan.
Ne revenons pas sur l’illégalité (absurde) de l’utilisation du terme cuir vegan. Attardons-nous sur les alternatives et essayons de voir si celles-ci sont plus respectueuses des êtres humains et de la planète.

Cuir vegan

La différence est subtile mais il convient néanmoins de la faire pour aller au bout du raisonnement et voir si le cuir non fabriqué à partir de peaux animales est réellement une bonne alternative.
Donc dans cette première alternative, le cuir vegan est souvent créé à partir de matières pétro-sourcées. Or le pétrole on le sait a un bilan carbone très mauvais (extraction, travail, produits finis). D’autre part, l’utilisation et la création sont dangereuses pour les petites mains qui s’en occupent.
En fait, ce n’est ni plus ni moins le fameux “simili cuir”. Sauf que c’est plus branché de dire cuir vegan… (on surf sur la tendance comme on peut. Greenwashing quand tu nous tiens).
En revanche, le bon point du simili donc, est que l’on utilisera beaucoup moins d’eau pour le traitement et aucun sels de chrome ni zirconium.

Cuir végétal

Attention car le cuir végétal peut aussi porter ce nom lorsqu’il s’agit d’une peau animale mais tannée avec du tannin végétal
C’est pourquoi il faut faire attention et s’attarder sur les alternatives au cuir 100% végétales qui existent comme :

  • le liège : pour créer le cuir, on utilise l’écorce extérieur de l’arbre, le chêne-liège sans le couper. Pas d’abattage d’arbre, donc bilan carbone excellent. En effet cet arbre capte deux fois plus de CO2 que les autres arbres. De plus, son extraction régulière permet de régénérer naturellement les arbres ;
  • le champignon : on utilise la partie du champignon qui se trouve dans le sol : le mycélium. Ce “cuir” répond à des qualités esthétiques et durables ;
  • le raisin : Naturellement perméable et résistante, elle est constituée avec les déchets des vendanges ;
  • l’ananas : aussi appelé Piñatex. Produit à partir des fibres des feuilles d’ananas. 40 000 tonnes de feuilles sont jetées après la récolte chaque année.
    Donc récupérer ces feuilles permet d’éviter le gaspillage. Elles sont récupérées afin de créer ce cuir.
    Pour produire un mètre carré de ce suir, nous avons besoin de 16 ananas. De plus, comme ce cuir est un “sous-produit” du fruit, pas besoin d’eau supplémentaire ou d’hectares pour la production.

Il est difficile aujourd’hui de trouver des alternatives au cuir 100% végétales car ce dernier est moins résistant que le cuir animal.
Néanmoins, il reste tout de même moins polluant et dangereux que le cuir animal.

alternative-cuir-vegetal-vegan

Le tannage végétal

Le tannage est obligatoire pour transformer une peau brute en cuir et l’utiliser en tant que telle comme textile.
Pour le tannage minéral, en fonction du résultat souhaité (cuir souple ou au contraire dur), on peut utiliser soit des végétaux (feuilles, baies, écorces etc).
Ce type de tannage végétal, contrairement au tannage chimique (dit minéral), prend plusieurs mois (voire années). En revanche, il est complètement biodégradable.

Le tannage minéral quant à lui est plus rapide comme on l’a dit et offre également plein d’autres couleurs de cuir possible.

Malheureusement aujourd’hui les trois quarts de l’industrie textile utilise le tannage minéral pour traiter les peaux. Cela peut provoquer chez le consommateur des réactions allergiques. Et l’utilisation de ces produits chimiques est extrêmement nocif pour la personne qui travaille la peau dans l’atelier.

Alternatives au cuir : ce qu'il faut retenir

Nous avons pu voir dans cet article à quel point l’industrie du cuir animal est néfaste pour notre environnement, les animaux bien sûr et les êtres humains.
Ce commerce n’est pas innocent puisqu’il profite aux industries de la mode (filière cuir) et des abattoirs…
D’autre part, pour contrer ce commerce morbide, les alternatives au cuir existent comme :

  • le liège ;
  • le champignon ;
  • l’ananas
  • le raisin.

Néanmoins, les alternatives au cuir 100% végétales sont compliquées à trouver et à industrialiser car moins résistantes que le plastique ou le cuir animal.

J’espère que cette série sur la mode éthique et le cuir vous plaît et vous apprend des choses. En tous cas, merci beaucoup de m’avoir lue.

Cela me demande énormément de travail de recherches et de rédaction, alors si l’article vous plaît n’hésitez pas à le partager. 
Merci !

Alizée.

Pint it & Share

alternatives-cuir-animal-pinterest

You May Also Like

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *