Les meilleurs réglages pour pratiquer la photographie sous-marine

Vous n’êtes sûrement pas là par hasard… Vous avez sûrement envie de savoir quels réglages utiliser pour réaliser des chouettes photos sous l’eau ? Ça tombe bien c’est exactement de cela que l’on va parler ! Comment régler ses iso, son ouverture et sa vitesse !

Réglage des ISO

On va commencer par le plus facile à savoir, les ISO ! Vous verrez que pas mal de photographes vous diront de régler à un certain nombre.

Personnellement, j’aime bien mettre mes ISO en automatique et je vais vous dire pourquoi :
Je préfère avoir la main sur le réglage de l’ouverture et le réglage de la vitesse. Paramètres que je ne veux pas négliger pour mes clichés. De fait, prendre le parti de laisser les ISO en automatique me permet de me rajouter une sécurité quand je réalise mes photos : avoir une bonne lumière constamment.
On n’est jamais à l’abri d’un nuage qui passe ou d’un ciel qui se dégage soudainement.
Et les photos cramées ou trop sombres, pour les rattraper déjà vous allez galérer et en plus vous perdrez en qualité. C’est quand même dommage.

Pour connaître mon matériel en détails, rendez-vous ici !

epave-guadeloupe-reglage

Réglage de l’ouverture

En ce qui concerne l’ouverture, ne cherchez pas à trop ouvrir. Le bokeh ne vous servira à rien sous l’eau. C’est le meilleur moyen d’avoir des photos floues d’ailleurs. Et si vous fermez trop, votre photo sera très sombre.
Choisissez le juste milieu, autour des f4.5 et f5.6.
D’ailleurs, si vous êtes perdus avec l’ouverture, la vitesse etc. Déjà ne commencez pas par la photographie sous-marine. D’autre part je vous renvoie vers ce site. C’est avec lui que j’ai revu les grandes bases il y a des années !

L‘ouverture c’est encore ce qu’il y a de plus simple avec les ISO.
En revanche, avec la vitesse ça se complique.

Réglage de la vitesse

En effet, il faut penser à la lumière mais aussi aux mouvements.
De fait, il vous faudra penser vos réglages pour éviter les photos cramées, trop sombres et floues
Vous pouvez partir sur une vitesse comprise entre 50 (grand minimum) et 500 (grand maximum).
Personnellement, je ne mets jamais 50 car pour moi c’est trop lent et vous risquez un flou de bougé, surtout sous l’eau ou nous ne sommes pas fixes, même avec des poids, que ce soit le sujet ou vous-mêmes.
Trop rapide, votre photo risque d’être sombre (même avec les ISO en auto…).
Je pars très souvent sur une vitesse d’obturation au-dessus de 250, pour être sûr.

reserve-cousteau-guadeloupe

Astuces supplémentaires

Il faut savoir qu’en fonction du caisson étanche que vous choisirez vous n’aurez pas accès au bouton ON/OFF ou aux différents réglages… Donc attention de bien allumer votre boîtier avant de plonger. Cela peut paraître bête mais si je vous le dis c’est que c’est déjà arrivé.

De plus, vérifiez la météo. Avec une mer démontée vous n’arriverez probablement à rien. Ou du moins, vous n’allez pas apprécier ce que vous faites.
La photographie sous-marine est déjà assez complexe comme ça, pas la peine de se rajouter des difficultés !

Améliorer ses photographies sous-marines

Cet article, somme toute rapide, n’a pas la prétention d’être le guide ultime de la photo sous-marine. Je partage simplement mes expériences afin que vous puissiez éviter les galères dans lesquelles j’ai pu être.
Il faut savoir également que chaque photographe vous conseillera différemment. En fonction de son matériel, de son expérience mais aussi de son style ! Après c’est à vous de tester des choses sur le terrain ! Et pas de secret, c’est à force de pratique que vous parviendrez à avoir le rendu que vous voulez !

D’autre part, si vous souhaitez vous améliorer en photographie sous-marine, je vous renvoie vers mes autres articles sur cette page. Sur laquelle vous retrouverez pas mal de ressources qui, j’en suis sûre, vous aideront !

À retenir :

De cet article, voici les principales choses que vous pourriez retenir pour d’ores et déjà adopter les bons réglages :

  • laissez vos iso en automatique, on n’est jamais à l’abri d’un changement de lumière brutal. Les ISO en automatique vont rattraper le coup ;
  • laissez ouvert entre f4.5 et f6 ;
  • enfin la vitesse : un grand minimum de 50. Jusqu’à 250. 500 grand maximum !

Ces réglages sont loin d’être parfaits j’en conviens, et nous avons tous les nôtres qui nous sont propres, suivant le style et l’effet recherché.
Ils sont là pour vous donner une bonne piste et démarrer sans chercher pendant des heures !
Néanmoins, j’espère que cet article vous aidera dans votre pratique.
Dites-moi en commentaires si ça vous a plu ou aidé !

À très vite.

You May Also Like

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *